Vigilance accrue pour la chaleur et les pics d'ozone

Le 15 mai prochain et jusqu’au 30 septembre, nous entrerons dans la phase de vigilance du plan fédéral Forte chaleur et pics d’ozone. Ce plan a été mis en œuvre suite aux épisodes caniculaires et pics d’ozone exceptionnels de l’été 2003, lesquels ont coûté la vie à quelque 45.000 personnes en Europe.

Comment fonctionne le plan?

Durant la phase de vigilance du plan, les températures maximales prévues par l’Institut Royal Météorologique (IRM) ainsi que les concentrations d’ozone observées et attendues par la Cellule interrégionale de l’Environnement (CELINE) font l’objet d’une surveillance particulière. Les températures et concentrations d’ozone peuvent parfois impliquer le déclenchement de phases d’avertissement et, en cas de situation particulièrement dangereuse, le passage éventuel à la phase d’alerte. Les critères et seuils choisis pour l’activation de ces deux dernières phases ont été établis en fonction uniquement de l'impact des niveaux atteints sur la santé et la mortalité. Une description des différentes phases du plan peut être consultée sur le site de la cellule CELINE.

Phase d’avertissement du plan : communiqué de la cellule CELINE

L’activation de la phase d’avertissement fait l’objet d’une information spécifique diffusée par la cellule CELINE. À partir du moment où la phase d’avertissement du Plan est déclenchée, les autorités régionales, hôpitaux, maisons de repos, etc prennent des mesures particulières de prévention et de protection. Des messages sont notamment diffusés dans les médias afin d’attirer l’attention du public sur le besoin de s’hydrater, de ne pas s’exposer inutilement au soleil etc.

L'IRM publiera-t-elle aussi des avertissements de forte chaleur ?

Parallèlement, l’IRM publiera aussi, le cas échéant, des avertissements lorsque des périodes de forte chaleur seront prévues. Comme pour le brouillard, les tempêtes, le verglas et autres conditions météorologiques dangereuses, l’IRM se base exclusivement sur des variables climatiques, en l’occurrence sur les températures prévues. Un code de couleurs allant du jaune au rouge est utilisé suivant le degré de sévérité de l’évènement prévu. Les avertissements météorologiques de l’IRM peuvent concerner une, plusieurs ou toutes les provinces du pays. Ils sont diffusés dans le cadre de la mission fédérale de l'IRM d’information des autorités et du public et aussi dans le cadre de son engagement au sein de Meteoalarm. Meteoalarm est un programme mené par Eumetnet, un consortium d'institutions météorologiques européennes. Meteoalarm a pour but de rassembler les avertissements sur une plateforme commune. Les critères et seuils de température que l’IRM utilise pour les avertissements sont expliqués sur cette page de notre site.

Quel est la différence entre un avertissement de l'IRM et la phase d'avertissement du Plan ?

Étant donné que l’IRM se réfère à des critères purement météorologiques à l'échelle des provinces, et le Plan de forte chaleur et pics d'ozone à des critères de santé publique à l'échelle fédérale, les avertissements émis par les deux systèmes ne doivent pas être confondus. Il est possible que l’IRM émette un avertissement chaleur sans que la phase d’avertissement du plan ne soit nécessairement déclenchée et inversement.

Coordination du plan

Le plan Forte Chaleur et Pics d’Ozone est coordonné par le groupe de Travail 'Forte Chaleur et Pics d’Ozone'. Ce groupe de travail fait partie du NEHAP, le Plan d'action national Environnement-Santé, dans lequel tous les ministres belges de l'environnement et de la santé collaborent à des projets et des groupes de travail sur l'impact de l'environnement sur la santé.